Jeudi, août 9, 2018

 

Quel lien peut être logiquement fait entre pauvreté, préjugés et plaisir? Difficile d’y parvenir sans un effort de réflexion honnête et exigeant de mettre de côté ses propres préjugés. C’est ainsi que le 8 mai, Passerelle interculturelle, une organisation créée par I&C et Développement et Paix, a organisé une soirée publique pour  s’interroger sur ce sujet qui éveille bien des susceptibilités dans notre société. Après avoir pris le temps de s’arrêter devant chaque bannière illustrant chacune un des préjugés véhiculés à l’égard des gens moins  nantis de la ville, nous avons ouvert la discussion.         

     

Chacun(e) était invité(e) à partager ses impressions sur les tableaux, lesquels laissaient le plus de controverse et de perplexité. En effet, pouvoir s’asseoir autour d’un bon repas avec du vin en plus, assister à un spectacle, louer des films ou encore posséder une moto, sont des scènes représentées par cette exposition du collectif pour un Québec sans pauvreté. Ce sont les sources de préjugés, les objections au fait que ces personnes puissent « se payer ces plaisirs ». Bien sûr, notre discussion ne nous dirigeait pas dans ce sens mais plutôt dans la compréhension de la personne qui vit cette situation. 

 

S’interroger, analyser, comprendre permet d’éviter de juger trop promptement. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que les préjugés ont leurs sources dans l’ignorance, la peur de la différence, de celui ou celle qui dérange. Cette personne me dérange parce qu’elle remet en question mes propres valeurs dans ma zone de confort. Pas facile de se regarder en face et d’analyser ce malaise, plus facile de rejeter et de passer tout droit.  Ce que je retiens de cette soirée extrêmement riche c’est que je peux regarder la pauvreté avec mes yeux du cœur.  Je peux remercier d’avoir un parcours moins chargé et faire un pas de plus pour connaître et reconnaître une personne moins favorisée.  C’est un inconnu qui est mon  frère, ma sœur, un ami potentiel. C’était notre suggestion finale.

 

Marie-Émilie Lacroix, Saint-Anselme QC